Incursion dans un domaine trop réservé : la monnaie

8/03/2009

REPRISE D’ARTICLE
ATTAC 78

"Il faut d’abord qu’une majorité de citoyens prenne conscience de
ces enjeux liés à la monnaie... "

Telles sont les conclusions de l’avant propos du rapport délivré par le Groupe de travail sur la monnaie d’ATTAC 78 Nord.

Pour initier ce "Dossier Monnaie" sur Medialterntive.fr, on peut penser que ce travail collaboratif constitue une bonne base...

Avant propos :

Les thèmes principaux d’ATTAC, que ce soit la taxe sur les transactions entre monnaies,
les paradis fiscaux et la criminalité financière, l’abolition de la Dette du Tiers monde et le rôle des
institutions financières internationales (FMI, OMC, Banque mondiale), la retraite et les fonds de
pension, la privatisation des services publics et le brevetage du vivant, tous tournent autour de
l’argent. Et pourtant ce thème central n’y est pas directement abordé.

Pourquoi le citoyen qui refuse de subir la dictature des marchés ne remettrait-il pas en
question l’outil de cette dictature ? Laisser ce domaine aux experts, c’est en faire un domaine
réservé échappant à tout contrôle citoyen.

Même si la complexité des questions monétaires est rébarbative et décourageante, nous
avons tenu à les aborder pour tenter de jeter un pont sur le fossé qui sépare ceux qui savent, et
peuvent en tirer parti, de ceux qui ne savent pas, et en subissent les conséquences.

*

Nous partions avec une idée très familière de l’argent : c’est ce qui permet de faire des
échanges avec notre entourage, c’est donc un lien social. Et nous étions prêts à croire que la
monnaie n’est que cet intermédiaire entre les gens, autrement dit qu’elle est politiquement neutre.

Nous savions bien que sa forme avait évolué au cours de l’histoire, mais nous étions
persuadés que cette évolution avait suivi naturellement celle des techniques, qu’elle n’avait donc
pas d’autre conséquence sur les rapports entre les gens que faciliter leurs échanges…

Certains
d’entre nous étaient même persuadés, sans s’être vraiment posé la question, que la monnaie d’un
pays était naturellement créée par décision de son gouvernement !!!

Nous avons compris d’abord que “l’argent”, dont nous parlons toujours, n’a plus cours.
Nous avons découvert, mais avec stupéfaction, que la création de la monnaie légale relève, pour
l’essentiel, de l’intérêt privé. Puis avons appris, entre autres choses,qu’elle n’est plus garantie par
aucune richesse réelle, ce qui a ouvert le marché, fort lucratif, du risque. Et que les monnaies
parallèles, comme celles des SEL, n’étaient pas plus illégales que des tickets-restaurant, les bons
d’achat et autres cartes de fidélité que des chaînes commerciales offrent à leurs clients à titre
publicitaire.

*

Amenés à revenir sur bien des idées reçues, nous nous sommes posé beaucoup de
questions. La discussion nous a conduit à quelques conclusions et propositions :
D’abord, que dans une démocratie, c’est au débat politique que devraient revenir les
décisions essentielles relatives à la monnaie du pays, à savoir : sa création, sa masse totale et les
rôles qui lui sont attribués.

Ensuite, que la masse monétaire d’un pays devrait représenter la richesse qu’il produit
pour la mettre en vente.

Et enfin, qu’on cesse de confondre l’être et l’avoir en mélangeant, dans une même
comptabilité, les matériaux avec les ressources humaines. Celles-ci, par nature, ne sont pas
mesurables.

*

Ce qui nous amène à défendre une transformation de la monnaie, que nous esquissons
pour terminer. Avec cette nouvelle transformation, l’économie serait la gestion des biens matériels.
Et le revenu que reçoit un individu ne serait plus le prix auquel il parvient à se vendre lui-même, il
serait fondé sur ses besoins personnels et destiné à lui donner les moyens de s’épanouir selon ses
goûts, ses aspirations et ses aptitudes.

Mais pour y parvenir, il faut d’abord qu’une majorité de citoyens prennent conscience de
ces enjeux liés à la monnaie.

Merci à Jean-Pierre, Gerty, Gilbert, Guy, Jean et Annie pour les longues soirées passées
ensemble, depuis juin 2000, à tenter de débroussailler ce domaine.

___

Sommaire

Contrairement à tout manuel classique d’économie qui aborde le chapitre sur la monnaie
en affirmant que celle-ci a trois fonctions (unité de compte ou étalon de valeur, intermédiaire des
échanges et instrument de réserve de valeur), nous avons préféré, pour comprendre le sens et
surtout la portée de ces affirmations, commencer par faire connaissance, dans une première
partie, avec les trois formes que peut prendre la monnaie : monnaie-marchandise, billet de banque et monnaie scripturale.

Dans un premier chapitre, nous examinons donc, pour chacune de ces trois formes,
quelle est sa nature, quel est son mode de création et quelle garantie elle présente ; et, dans un
second chapitre, nous rappelons comment a évolué au cours de l’histoire l’utilisation de ces trois
formes de monnaie jusqu’aux transformations les plus récentes de libéralisation et de dérégulation.

Le troisième chapitre incite à réfléchir à la base sur laquelle tout échange économique
est fondé et à la notion de valeur, avant d’énoncer les trois fonctions classiques attribuées à la
monnaie pour les comparer à la réalité actuelle.
Dans le quatrième chapitre sont brièvement rappelées les grandes théories monétaires,
celles des écoles de pensée classique et néoclassique, de Keynes et de Marx.

Cet ensemble permet de réfléchir aux relations entre monnaie et société qui sont
abordées dans la deuxième partie.

Dans le cinquième chapitre sont évoquées les conséquences, tant au plan national
qu’au plan international, du fait que la monnaie est une dette qui engage une collectivité nationale :
exploitation du risque lié à cette forme de monnaie, effet boule-de-neige du prêt à intérêt et dette
du Tiers monde. L’intérêt bancaire lié à la création monétaire est-il légitime ? Qui gagne et qui perd
à la lutte contre l’inflation monétaire qui a été donnée comme seul objectif de la Banque centrale
européenne ?

Le sixième chapitre passe en revue les monnaies parallèles, qu’elles aient la forme,
largement la plus répandue, de bons d’achat ou de cartes émises par de grandes chaînes
commerciales pour fidéliser leur clientèle, ou bien celle de monnaies locales destinées à pallier des
inconvénients de la monnaie officielle pour la population.

En conclusion, la troisième partie tente de répondre à la question : quelle autre
transformation de la monnaie officielle pourrait supprimer les effets néfastes sur la société des
transformations qui ont abouti à la monnaie actuelle ? Quelles pourraient en être les modalités et
quelles ouvertures offrirait-elle ?

__

Télécharger Incursion dans un domaine trop réservé : la monnaie au format pdf :

Si vous désirez :

• Vous informer sur Attac, sur le Comité local ATTAC 78 Nord,

• Adhérer à ce comité, assister à l’une de leurs réunions

contactez le Comite ATTAC 78 Nord

 Vos commentaires

Articles référencés 

Action Sommet du G7 « Debt for climate/Annulons la dette pour le climat »
25/06/2022
Justice pour Pınar Selek
24/06/2022
Gustavo Petro, Francia Márquez et l'espoir en Colombie
22/06/2022